SOCIETE D’HORTICULTURE DE L’ORNE

Bienvenue sur le blog de la S.H.O.

 

Historique 8 de la Société d’Horticulture de l’Orne 14 août, 2011

Classé dans : historique sho — Patrick Boivin @ 8:24

Les travaux de la SHO:
Ils ne se reduisent pas à des expositions prestigieueses et parfois mondaines surtout au 19 eme sciecle.En effet depuis 1864,sont organisés des concours dits « sur place ».
Une commission des concours,nommée chaque année vient visiter la tenue des etablissements,c’est à dire les pepinieres et les propriétés.Les thémes qui reviennent souvent sont les suivants:la culture florale,la taille et la direction des arbres fruitiers,la culture potagere ou maraichére.Les candidats sont tenus de s’inscrire et le moment venu d’accueillir la commission sur place.Selon les années,2 visites sont effectuées,une au printemps et l’autre à l’automne.Des medailles emanant souvent du ministére de l’agriculture et de la SHO,sont en jeu.
Les visites ordinaires:
les amateurs,jardiniers,pepinieristes ou horticulteurs peuvent egalement demander à la commission de venir en visite ordinaire inspecter leurs travaux et les progrés realisés.Aucune recompense en medaille n’est alors attribuée.
les apports :
Pendant les reunions mensuelles devant la commission des apports,tout sociétaire peut aussi presenter un specimen de son jardin,en vue d’obtenir des points donnant droit à une recompense en medailles ou une information sur le sujet ou sur sa maladie,le cas echeant.Cette pratique est de retour dans les années 2010 avec la realisation d’une plaquette de conseils de jardinage avec les informations issues des societaires amateurs (chrysanthémes,arboriculture fruitiere,compostage,pucerons et orties………..).
le concours des jardins ouvriers:
Lors de l’exposition de 1907,au banquet traditionnel,le comte Curial est le premier à parler officiellement de la loi d’accession à la propriété,soutenue par l’abbé Lemire et promulguée depuis 1896,il encourage fortement la société d’horticulture à faire progresser cette action si benefique.
Dans la meme perspective,en decembre 1912,la SHO reflechit au moyen d’organiser un concours des jardins ouvriers avec l’appui du comité de patronage des habitations à bon marché et de la prevoyance sociale.Gustave Titard,convaincu trés tot par la creation de ces jardins entonne regulierement ce type de credo:
« la maison ou le menage sans jardin,n’est ce pas la cause de tant de misere,que veut on que fasse l’ouvrier,si arrivé chez lui entre quatre murs,au milieu d’une famille souvent nombreuse,et fatigué d’un travail parfois penible,pour peu que la femme neglige le menage?Quel empressement l’ouvrier mettra-t-il à rentrer chez lui s’il n’ a pas le jardin qui l’attire au milieu des siens,si ce but n’existe pas,ce sera peut etre le debut de l’alcoolisme,le prelude de la tuberculose.Aucune ligue antialcoolique ne pourra vous proposer un remede plus efficace pour combattre le terible fleau qui menace d’exterminer notre race.Donc donnons un jardin à nos ouvriers.C’est une arme précieuse contre l’alcoolisme,c’est la liberté contre l’esclavage de l’absinthe ».
Ces propos sont toujours d’actualité dans les années 2000 car on voit de plus en plus de jardins appelés de reinsertion pour faire reprendre gout au travail à beaucoup de personnes qui ont « decrochés ».
Grace à ces differents concours qui existent toujours aujourd’hui.Alençon et les autres villes du departement voient des ouvriers se rassembler en association et devenir propriétaires d’un lopin de terre,dont ils paient une partie chaque mois.
Durant la premiere guerre mondiale,la société est chargée de distribuer des graines potagéres mises à disposition par la société mere.Elle favorise ainsi le developpement des jardins potagers,renforçant la solidarité parmi la société civile et militaire.En 1922,l’orne compte 5 associations aux noms evocateurs de Mes Loisirs,La Verdure,Mon Desir,Mon Reve,,Mon Plaisir.A Alençon,ils representent 70 propriétaires , et les jardins sont localisés à Montsort,Lancrel, Saint Leonard, et prés de la gare.Durant les années20 et 30,les concours des jardins ouvriers,à l’intiative des municipalités ont lieu à Argentan,Flers,Vimoutiers relayés sur le terrain par d’autres petites sociétés d’horticulture.La SHO a depuis le debut, cherché à sensibiliser les autorités publiques pour ce genre de travaux.Et si desormais,les communes mettent à disposition des terres et recompensent ce type de jardins amateurs,rebaptisés familiaux,la SHO par ses conseils,fait toujours partie des commissions de visite .Dans les années 2010,il y a une evolution sur les jardins car on voit apparaitre la notion de jardins partagés à savoir une parcelle attribuée dans un quartier de la ville où les habitants partagent leur savoir entre eux ,le meilleur des exemples est la creation du jardin experimental en 2006 où les sociétaires viennent entretenir le jardin et partager leur connaissance avec un groupe qui depassent souvent les 70 personnes .
Patrick Boivin /Delphine Barriere

 

Commenter

 
 

Oiseaux à Séné Morbihan |
AMICCA |
LITCHI |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tous uniques tous unis
| J'AIME CONFLANS
| detenteetloisirs