SOCIETE D’HORTICULTURE DE L’ORNE

Bienvenue sur le blog de la S.H.O.

 

Le Pissenlit 12 février, 2012

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 14:05

hélas ,terminé les traitements selectif gazon,alors que faire? et bien mangeons les pissenlits et c’est bon;en vinaigrete nature ou avec des oeufs ou et des lardons .Bon appétit

 

 

La mineuse du marronier 14 octobre, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 5:20

Cet insecte infeste les marroniers de toute l’europe,il provoque le dessechement du feuillage des marroniers en été.

C’est un joli papillon argenté minuscule (3mm) qui pond plusieurs fois dans l’année  des centaines d’oeufs.Au bout de 3 semaines apparaissent des chenilles qui font des degats car ce sont elles qui font les degats ,ils s’enfoncent dans les feuilles et font des galeries qui ressemblent à des mines d’où le nom de mineuse.Cette chenille reste dans la mine jusqu’à la formation du papillon environ 3 semaines et c’est reparti pour la ponte et la fecondation.Les feuilles ayant eté deteriorées tombent prematurement aux environs de juillet/Aout avec souvent des chrysalides qui se developperont sur le sol.Si on n’enleve pas le paillis de feuilles l’hiver ,on retrouve une colonie de papillons au printemps.

Les marroniers à fleurs rouges sont moins sensibles .Les papillons commencent à envahir les erables .

Les moyens de lutte:

ils sont limités,mais le plus efficace est le ramassage des feuilles tombées en les brulant ou en compostant avec une entreprise specialisée.Il exite un traitement chimique mais il est onereux,mais le piegeage des males devient efficace au fil des années.

C’est le piege à pheromones qui est disposé en le suspendant dans le bas du feuillage à 2.5m de hauteur.Le piege attire les males et tombent dans le reservoir et volent jusqu’à epuisement en deux mois on peut capturer 5 à 600 males ,ce qui signifie qu’ils ne se sont pas reproduit 

 

 

les insectes utiles 3 août, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 6:55

Les coccinelles:

à la naissance,elles mesurent 1mm et devorent deja 10 pucerons par jour.

à une dizaine de jours elles 10 mm et devorent 150 pucerons par jour.

Lorsque que vous achetez des larves de coccinelles ,il faut les deposer sur des vegetaux infestés de pucerons car si elles n’ontpas assez de nourriture les larves meurent ou si les coccinelles n’ont pas assez de pucerons elles s’envolent et surtout les pucerons ont des amies ……….les fourmis protegent les pucerons,il faut donc lutter contre les fourmis en posant des bandes de glue ou poser des appats pour les fourmis.

Les Syrphes :

Moins bien connus que les coccinelles car ce sont des mouches de tailles moyennes qui mesurent 10/12 mm,on les confond souvent avec les guepes mais elles ne piquent pas.

C’est la larve qui mange le puceron car l’adulte se nourrit de pollen

Les chrysopes:

c’est un petit insecte appelé mouche aux yeux d’or.la chrysope a 6 pattes,2 paires d’ailes translucides et des yeux composés.Elle se nourrit de petits pucerons verts ainsi que les larves qui naissent suite à des oeufs pondus parmi les pucerons.

 

 

Un mot sur les jardiniers (vu par patrick Boivin) 19 juillet, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 6:14

Qu’ils soient amateurs ou professionnels ,j’ai remarqué beaucoup de qualités dans ses hommes et femmes qui sont tout d’abord des passionnés.

Il leur faut souvent de l’intelligence pour produire les richesses vegetales qui nous entourent et que l’on admire.

Il faut etre travailleur,avoir des gouts simples.En effet au jardin ,ne jamais remttre au lendemain ce que l’on doit faire le jour meme.Au printemps,la tailles des arbres fruitiers ,les rosiers et arbustes doivent etre tailler dans une periode bien précise.Pendant les vacances qui va s’occuper du jardin?

gare aux gelées ,il faut etre présent pour proteger les plantes .

Manquer un seul jour d’arroser vos plantes,vos semis lorsqu’au printemps le soleil frappe fort,on peut perdre en peu de temps 6 mois de culture.

Oublier d’ombrer des semis et c’est le dessechement .

Toujours en guerre contre les ennemis des plantes qu’ils soient dans l’air ,dans le sol.Il faut avoir l’oeil partout ,un jour les oiseaux attaquent les cerises ,un jour c’est les limaces qui tournent autour des salades,les mouches qui attaquent les premiers raisins.

Sans oublier la terre qui nous livre des plantes qui nous sont inutiles :un jour c’est le liseron ,un autre les orties ,ou les seneçons etc….

le jardinier aime bien produire et il est fier de produire de beaux fruits ,des legumes de toute sorte et surtout les plus belles fleurs de son jardin.

c’est une profession ou un art qui n’est qu’un apprentissage continuel et a besoin plus que tout autre de notions theoriques de nos anciens.Aujourd’hui,l’art de bien cultiver les arbres,les fleurs et les legumes ne s’apprend plus par la routine,il faut chercher dans les livres ,les journaux,internet et les rencontres entre passionnés.

Pour terminer ,on dit souvent ,il faut savoir parler aux plantes.je dirai plutot ,il faut etre observateur et au regard ,on voit facilement si une plante est en bonne santé ou pas .

 

 

Les insecticides biologiques 18 juillet, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 5:17

Les essences d’agrumes :

avec des pelures d’un citron,d’une orange

faites bouillir pendant quelques minutes,laisser macerer 24 h

cette solution est utilisée pour combattre les doryphores et les chenilles.

L’infusion de petunia :

2 tasses de feuilles fraiches dans un litre d’eau

On verse l’eau bouillante sur les feuilles et laissez macerer 24 h

On utilise cette solution pour combattre les pucerons et les chenilles.

La solution de sel:

2 cuilléres à café pour 4 l d’eau

Dissoudre le sel dans la quantité d’eau

C’est efficace pour la chenille du chou.

La solution de sucre :

250 ml de sucre en poudre pour 2 l d’eau.

dissoudre le sucre dans l’eau

Sert à combattre les acariens en les dessechant.

La decoction de rhubarbe:

40 gr de feuilles hachées dans un litre d’eau

Laisser macerer pendant 24 h

le jus mis en pulverisation sert à combattre les pucerons et tous les insectes piqueurs et suceurs.

Le purin de sureau :

1 kg de feuilles,fruits et fleurs pour 10 l d’eau.

laisser macerer pendant 2 jours

Sert à combattre les pucerons,les teignes du poireau,les altises,les thrips……..

le purin d’ail :

20 gousses recouvertes d’huile d’olive

Bien hacher l’ail,laisser macerer pendant 24 h,filtrer,diluer à raison de 2 cuilleres à café pour50 cl d’eau,ajouter quelques gouttes de produit vaisselle,agitez,filtrez.

cette pulverisation servira à lutter contre les limaces,les punaises et les aleurodes.

Le savon:

25 ml de liquide vaisselle pour 4 l d’eau. 

sert à combattre les pucerons et les chenilles

 

 

les enfants de la CLIS de Courteille font du compost 8 juillet, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 5:30

Lors de la visite des jardins des ecoles qui participent au concours des jardins potagers,le jury a rencontré Madame Duchene institutrice chargée de la CLIS.Trés passionnée ,elle nous a expliqué comment les enfants ont fabriqué du compost.

Pour les enfants ,les legumes et les fleurs poussent mieux.

Dans leur compost ,il y a des epluchures de légumes,des fruits pourris,des fleurs fanées,des coquilles d’oeuf…..Ce sont les vers de terre et d’autres petits animaux,l’air et l’eau qui transforment ces déchets en terreau et il enrichit le jardin.

Pour l’emploi de la nouvelle terre recupérée ,ils ont trié les dechets car il y avait du plastique ,des filets d’oignons et des cailloux

 

 

à propos de compost 23 juin, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 5:20

un tas d’avantages:
En effet les dechets verts de cuisine et de jardin representent 30% du volume des déchets menagers.Venez à la SHO decouvrir l’art de recycler vos dechets verts et menagers,on essaiera de repondre à vos questions.
Si vous recyclez vos dechets menagers,cela fait moins de temps de deplacements à la dechetterie,moins de sacs poubelles utilisés.Vous produisez un engrais pour votre jardin.Vous participez à diminuer la pollution.Vous faites des economies financieres pour vous et la collectivité.
C’est quoi le compostage :
C’et un processus naturel de transformation pour les bacteries,les champignons et les petits invertebrés transforment les dechets de cuisine et de jardin en humus.
Il y a encore 40 ans ,beaucoup de personnes le pratiquaient donc on peut le refaire .
Les avantages :
ameliore la teneur en matiere organique du sol
c’est gratuit pour vos plantes
on repere l’humus et les elements fertilisants
le sol se restructure
le compost regule les differences de temperature
protege les vegetaux
plus facile à epandre que le fumier
inodore
le compost mur est semblable à du terreau ,il est brun voir presque noir et on y retrouve l’azote,le phosphate et la potasse..
On peut composter pratiquement toutes les matieres organiques issues d’organismes vivants.
certaines matieres sont considérées comme dechets verts d’autres comme dechets bruns,il est donc important de les differencier afin de les melanger dans de bonnes proportions pour obtenir un compost riche dans des conditions optimales pour surtout eviter les mauvaises odeurs .L’exemple connu c’est le compostage que de gazon ,c’est une puanteur et ce n’est pas un bon compost . Il faut donc penser à y ajouter du broyage de branchage .
en venant à notre rencontre on vous expliquera comment realiser votre compost :
les matieres compostables
les matieres non compostables
les precautions à prendre avec certains residus comme le gazon et la cendre de bois
le choix de votre compostiere
l’utilité d’un broyeur

 

 

Le recyclage des déchets verts 20 mai, 2008

Classé dans : developpement durable — Patrick Boivin @ 5:29

Société d’horticulture de l’Orne

                                Fondée en 1847

S.H.O

Le recyclage des déchets

Aujourd’hui, chacun de nous est responsable des déchets qu’il produit. Leur traitement pris en charge par la collectivité présente un coût élevé .Or il apparaît qu’une partie des déchets peut être recyclée directement à sa source.

Le compostage est une technique facile et intéressante pour la production de l’humus indispensable au bon équilibre des sols de nos jardins.

Traditionnellement certains jardiniers entassent dans un coin de leur jardin, les résidus végétaux issus de leur culture .Leur pourriture lente et peu contrôlée, fournit un terreau ‘convenable’ mais de qualité variable et souvent riche en graines de mauvaises herbes. Il suffit cependant de respecter quelques règles simples pour améliorer la qualité de cet humus si précieux.

La majorité des matières d’origine végétales peuvent être compostées : il faut surtout veiller au bon équilibre matières riches en azote et matières riches en carbone ou encore matières vertes riche en eau et les matières sèches comme les feuilles, la paille, les branches broyées. Les résidus de taille de haie et d’arbustes peuvent être compostés s’ils ont été broyés.

Le gazon ou herbe.

Si il est  en petite quantité, il faut le laisser sécher quelques heures sur place avant de le ramasser. Si l’on produit de grandes quantités de tontes de gazon, il sera alors nécessaire d’y rajouter de la paille pour obtenir un mélange équilibré, vous pouvez composter des résidus de cultures comme les feuilles, les fleurs fanées, racines, vos épluchures, bouquets mais aussi coquilles d’œufs, sachets de thé, marc avec filtre à café, papiers absorbants (type sopalin) fibre de cellulose pure très riche en carbone.

Que se passe-t-il lorsque nous laissons ainsi se décomposer la matière organique fraîche ?

Très rapidement on observe un échauffement du tas, de la vapeur chaude s’en dégage. Cela nous indique que les micros organismes se développent comme les levures et bactéries responsables de la bonne décomposition.

Au bout d’un moment une coloration brune apparaît sur les tiges et les brindilles restent apparentes. Le tas se refroidit et se colonise peu à peu par les vers de terre qui par leur action concourent au bon déroulement du compostage.

Maturation du compost :

C’est variable de quelques mois à 1 an suivant la chaleur et surtout l’humidité. Le compost mûrit lentement.

Il est grumeleux avec une odeur de litière que l’on peut utiliser en épandage, en surface mais avant on griffera le sol.

En résumé :

Equilibre des matières organiques :

Sec/humide

Azote/carbone

Aérer le tas au besoin le retourner

Veiller à une humidité suffisante en arrosant si nécessaire.

Faut il nécessairement utiliser un activateur pour réussir son compost ?

Dans le commerce vous avez 2 types d’activateur :

Les activateurs biologiques :

Ils sont constitués d’un mélange de levures et de bactéries qui vont enrichir le compost en micro organismes

Le sulfate  d’ammoniaque :

Riche en soufre, en azote, il rééquilibre le compost riche en cellulose si vous avez des feuilles et de la paille.

Mais il faut savoir que l’on peut ajouter quelques pelletées de bonne terre noire du jardin qui joue le même rôle (chaque gramme de terre contient plusieurs millions de bactéries).

Par ailleurs, l’apport de calcium sous forme de calcaire broyé ou de chaux favorise le développement microbien.

Il faut savoir que le compost est une transformation lente des déchets végétaux et animaux en terreau, sous l’action de micro organismes.

Il est donc possible d’accélérer cette transformation en utilisant  un activateur  de compost mais un certain nombre de déchets sont à éviter : verre ,plastique, mauvaises herbes montées en graines, plantes malades, aiguilles de pin, tontes de gazon traité avec un désherbant gazon dans un délai de 6 mois.

Pour bien réussir un compost, il faut qu’il soit abrité du soleil, du vent et de l’excès d’eau voir pour le couvrir par temps excessif de pluie pour éviter le lessivage.

Quel intérêt peut on trouver dans l’utilisation d’un silo à compost ou d’un fut composteur ?

Les composteurs proposés dans le commerce représentent souvent un investissement important, leur choix doit donc être réfléchi en dehors de l’aspect purement esthétique de l’utilisation du silo ,on peut aisément l’installer à l’ombre d’une haie ou derrière un muret mais attention il ne respecte pas l’équilibre :

Dessèchement des matières entreposées qui est préjudiciable au bon développement des micros organismes.

La protection par un couvercle ne laisse pas passer l’eau donc l’humidité.

Entassement direct sans possibilité de remuer.

Il est donc possible de réaliser soi même un silo à compost à l’aide de palettes de récupération.

IL faut :

S’assurer d’une bonne stabilité des parois, en enfonçant des pieux de fixation pronfondement dans le sol. Pour faciliter, l’accès au compost et mieux l’aérer, prévoir sur le coté face, l’aménagement d’une glissière dans laquelle viennent se loger des planches que l’on pourra empiler ou démonter selon les besoins. Pour améliorer l’aération du compost, installer un drain sur le sol qui prend l’air à l’extérieur.

Si vous n’avez pas de tuyaux on peut mettre un lit de branchage.

Comment limiter l’invasion du mourron dans le jardin

Il faut désherber cette plante avant sa floraison car la graine peut se conserver des années.

Si par contre vous les entreposer à graines, mettez les au milieu du compost car il chauffe plus et détruit la graine.

Faut il laisser les fanes de pommes de terre atteintes du mildiou ou les feuilles et tiges de tomates?

L’enfouissement est risqué car il renforce le risque de maladies pour les cultures suivantes mais c’est également valable pour toutes les plantes malades. En règle générale, il vaut mieux éviter de composter les végétaux atteints.

Qu’elle est la valeur fertilisante d’un compost fait au jardin,

Il n’y a pas de réponse absolue, cela dépend de la composition, mais il faut savoir que le sol doit être entretenu par l’apport régulier de compost qui lui confère toutes ses qualités de rétention en eau comme l’utilisation du fumier autrefois. Le sol garde son état motteux et grumeleux et ainsi le compost améliore le garde manger du sol.

Pour obtenir un bon compost

Il faut une bonne fermentation, faites votre compost dans votre jardin qui peut être entouré d’une haie arbustive car en effet ce n’est pas très joli, mais ce compost vous rendra service.

Le meilleur c’est le mélange de fumier, gadoue, tonte de gazon. Le fumier naturel est constitué d’excréments solides et de litière (paille, genêts, fougères, feuilles mortes etc.)Ce mélange subit une fermentation chaude grâce à l’urine, mais si vous mettez des tontes de gazon fraîches, vous aurez également une fermentation chaude .Vous pouvez utiliser du fumier de cheval et de brebis, de vache et de porc. Sachez qu’il y a moins d’azote dans le fumier que dans un engrais minéral, mais il y a plus d’acide phosphorique et plus actif dans la nutrition végétale que celui des engrais minéraux. Pour obtenir une bonne décomposition, il faut de l’humidité. Le moyen le plus économique d’augmenter et de maintenir en bon état humique des sols de jardin, c’est le compostage des divers déchets provenant tant de la cuisine que du jardin lui même (mauvaises herbes, fanes de haricots et de tomates, parties aériennes des dahlias, les plantes que l’on arrache pour mettre la flore d’été en place, ensuite celle ci quand on repique les plantes molles d’hiver, l’herbe provenant de la tonte des gazons, les bois de taille ,les feuilles mortes, etc..).Le compostage peut se faire dans un trou creusé dans le sol mais souvent, il y a accumulation d’eau et l’on a une humidification imparfaite par manque d’aération. Il est préférable d’utiliser une plate-forme de compostage devant comprendre 2 compartiments. Il faut avoir le soin de mélanger tous les 3 mois le mélange du compost, arroser si besoin, il faut éviter de tasser le compost afin de ne pas asphyxier le mélange, ce qui est la cause principale des odeurs.

Les déchets de tonte  (problème des jardins d’agréments)

Le passage régulier de la tondeuse permet de laisser sur place le minimum de gazon.

Si vous ne souhaiter pas laisser l’herbe sur la pelouse, il est possible de l’utiliser en fine couche sous forme de paillage, soit dans le potager soit dans les massifs, pas trop épais car il y aura de la fermentation et on va à la catastrophe.

Vous pouvez composter l’herbe à condition de la mélanger avec d’autres déchets riche en matières sèches comme les feuilles mortes, les branches de taille de haie.

Les déchets de taille

Le gros branchage

Vous avez une cheminée, vous pouvez transformer pour des fagots pour allumer et demarer

Le petit branchage :

Inférieur à 2cm, vous pouvez passer la tondeuse où vous utilisez un broyeur.

Les feuilles :

Ramassées, vous les mettez au compost ou vous les stockez au pieds des arbres et arbustes ce qui maintien t un écosystème comme en foret.

Les déchets indésirables comme les mauvaises herbes :

Si elles n’ont pas grainés, après les avoir arraché, les faire sécher avant de les mettre au compost ou bien les brûler.

Les orties :

Ne les mettez pas au compost, utiliser les comme stimulant ou fertilisant.

Voici la recette :

1kg d’orties fraîches pour 10 litres d’eau, laissez macérer pendant 10/12 jours jusqu’à l’élimination des bulles, vous soutirez, filtrez, et employez de suite.

La mousse des pelouses :

Elle peut être compostée à part en la mélangeant à des feuilles et du fumier .Il faut 2 à 3 ans pour que la matière soit utilisable. Ce mélange peut servir à vos semis.

PB/Mars/2006

 

 
 

Oiseaux à Séné Morbihan |
AMICCA |
LITCHI |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tous uniques tous unis
| J'AIME CONFLANS
| detenteetloisirs