SOCIETE D’HORTICULTURE DE L’ORNE

Bienvenue sur le blog de la S.H.O.

 
  • Accueil
  • > Recherche : potiron orne

historique 9 de la SHO 28 août, 2011

Classé dans : historique sho — Patrick Boivin @ 13:06

Les concours de fenétres ,balcons fleuris et vitrines fleuries :
le premier concours est lancé en 1907 pour les fetes du 14 juillet d’Alençon,organisé par le comité des fétes de la ville et destiné aux habitants d’Alençon et de Courteille.à  la surprise des organisateurs,60 concurrents se présentent.Il faut attendre 1911 pour la deuxieme edition.Ils sont organisés tous les 2 ans,les memes années que les jardins ouvriers.Aujourd’hui,il concernent davantages le departement.La société fait toujours partie du jury,les laureats sont recompensés par le conseil general en ce qui concernent les villes et villages fleuries et la communauté urbaine en ce qui concernent les jardins familiaux et la ville pour les balcons fleuris.à  ce jour ,il y a d’ autres concours comme le concours photos et le concours des cucurbitacées .
Le verger d’etudes
Dans les statuts de 1854,l’un des buts premier de la société est de concevoir un jardin école pour la taille des arbres fruitiers et la propagation des meilleures variétés.Il semble que dans les premiers temps,les membres du bureau se soient attachés à ce projet à en croire une deliberation de la ville en date du 6 aout 1857.Ce document evoque la mise à disposition d’un terrain (nommé ancien jardinTurbat situé prés de la mairie rue du parc) par la municipalité au profit de la SHO pour une durée de 15/20 ans.Les signataires sont de La Sicotiere,Cordonnier,Dupont,D’ailliere,De France.Malheureusement le projet est abandonné.
L’idée est de nouveau d’actualités en 1879.M.Dreux,secretaire general,evoque,lors de la seancedu 2 Novembre,en ces termes la possibilité de fonder un jardin botanique : »M.Dreux voudrait qu’on put etablir à Alençon un jardin botanique analogue à ceux qui existent dans plusieurs villes,notamment Soissons.Les principaux grainetiers -fleuristes y possedent des carrésqu’ils garnissent à leurs frais de fleurs et de plantes nouvelles,ce qui constitue pour eux une reclame et une grande economie pour la société d’horticulture « bulletin sho 1879 page 430.
Cette proposition seduit fortement les membres de la société qui esperent toujours avoir à leur disposition un jardin pour y cultiver des plantes de differentes variétés et surtout mettre en application les conseils que chacun sait prodiguer.Seulement,la société est à cette époque peu riche et le nombre de ses adhérents parait bien modeste,comparé à l’exemple cité.Une nouvelle fois le projet est mis en sommeil.
En seance du 4 janvier 1920,la société d’agriculture de l’orne représentée par son directeur des services agricoles est admise comme membre d’honneur au sein de la sho et un office agricole est créé.Le directeur de cette institution demande à la sho de créér un verger et un jardin d’experimentation pour y donner des cours de taille aux amateurs,les renseigner sur les meilleures variétés d’arbres fruitiers à couteau,à cultiver,et à la clé,peut etre la reconnaissance d’utilité publique.Le directeur demande à la sho d’organiser des concours et que dans ces champs d’experimentation,elle etudie les fruits les plus adaptés pour le marché de l’exportation.des subventions sont accordées en consequence.les premiers cours des tailles d’arbres commencent en fevrier ,juin,juillet 1920 chez l’horticulteur Georges Fournier.En Mai de la meme année,la sho a l’accord de l’hospice pour disposer « d’un terrain contenant environ 40 ares bordé d’un coté et d’un bout par un ruisseau,d’autre par la rue du gué de gesnes ».
Un bail de 15 ans est signé et le loyer du terrain revient à 5 francs par an à la sho.à charge pour elle d’entretenir le verger et de planter les arbres.
En octobre ,un concours est lancé auprés des horticulteurs pour le dessin du verger.Il leur est demandé d’etablir le devis des travaux et le prix des arbres.Les arbres sont plantés en 1921 et les premieres seances de greffage ont lieu à partir de 1922.Mais dés janvier 1923,une innondation rend le succés de ce projet bien aleatoire.les membres de la SHO cherchent un autre terrain;En attendant ,on recule la plate bande des jeunes arbres la plus proche du ruisseau.En mars 1924,parmi les variétés de pommier à greffer,il est question que l’on introduise la reinette d’Alençon à ce jour introuvable ,un tourite de passage au verger nous a signalé qu’il avait vu cette pomme dans les pyrénnées.
En Aout 1927,M.Gauglin signale aux sociétaires que le verger d’etudes de la rue du gué de gesnes est dans un triste etat du fait meme de son humidité et des innonations successives.En décembre,le bureau decide de transferer ce verger sur un terrain plus adapté.Elle envisage un instant d’acheter une parcelle de terrain,mais renonce devant la chereté des prix .
En 1929,lesdemarches sont entreprises auprés du directeur de l’asile departemental des aliénés.Une visite de la parcelle est effectuée le 10 Janvier 1929,il s’agit d’un espace: » situé chemin de la brebiette,à mi-distance entre le boulevard colbert et le chemin des planches.Il a une forme à peu prés rectangulaire,legerement triangulaire dans la partie ouest d’une contenance d’environ 15 ares (60ml de long sur 15ml de large) enclos d’une mauvaise haie en bordure de chemin, au fond et à l’ouestpar une grande haie vivace avec de grands arbres ».
Il est décidé que ce nouveau verger,moins exposé aux innondations que le précédent,soit planté de 3 rangées de pommiers.Les travaux sont mis en adjudication et paul gauclin se voit confier l’amenagement et l’entretien.
Alençon possede des vegetaux qui porte le nom d’Alençon:
3 poires :la doyénnée d’Alençon,la figue d’Alençon,la bergamotte d’Alençon,un pommier la reinette d’Alençon
un rosier : triomphe d’Alençon
un potiron d’Alençon ,l’echalotte d’alençon ,e dahlia d’Alençon et le dernier né le chrysanthéme « ville d’Alençon ».
patrick Boivin /Delphine Barriere

 

 
 

Oiseaux à Séné Morbihan |
AMICCA |
LITCHI |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tous uniques tous unis
| J'AIME CONFLANS
| detenteetloisirs